laisser penser! 

La Campagne des paysages d'Afterres2050

Représentation des paysages d'Afterres2050 sur trois territoires du Bassin Versant Seine Normandie

extrait de la note méthodologique - mai 2016

plateau de la Beauce en 2050

    La mise en images des paysages agricoles en 2050 de la vallée de la Thiérache, du plateau de la Beauce et de la métropole parisienne, est le résultat d’une traduction du scénario Afterres2050, pensé par le bureau d’étude associatif, Solagro. INITIAL propose un travail de prospective paysagère rurale aboutissant à un dispositif de représentation novateur qui peut devenir un véritable outil pour engager le débat sur les pratiques agricoles, l’aménagement du territoire et les paysages ruraux qui en découlent. Ces images permettent de considérer le paysage comme élément majeur pour engager la transition agro-écologique.

Faire émerger une commande pluridisciplinaire et prospective

Le scénario prospectif Afterres2050, porté par Solagro, vise à articuler entre eux, les constats et enjeux environnementaux et sociétaux majeurs concernant les systèmes agricoles et forestiers. La particularité de ce scénario est d’étudier l’assiette alimentaire des Français car son évolution constitue certainement le levier principal pour répondre à ces enjeux et faire face à la fois à une augmentation de la population, à une diminution des terres agricoles et à une stagnation des rendements dus, entre autres, au réchauffement climatique.
Le Collectif Paysages de l’Après-Pétrole (PAP) a pour objectif de définir un cadre de travail pour redonner durablement un rôle central au paysage dans les politiques d’aménagement du territoire, au prisme de la transition. Elle invite au dialogue entre les différentes professions de l’espace, les administrations publiques, les collectivités territoriales, la communauté scientifique, ainsi que la société civile et le monde politique pour contribuer à la réussite de la transition écologique vers un développement durable de nos paysages, réinventant ainsi un art du bien-vivre ensemble.
Sur une proposition formulée par l’agence de paysagistes INITIAL, ces deux structures se sont mobilisées pour faire travailler ensemble agronomes et paysagistes sur un projet exploratoire. La Campagne des paysages d’Afterres2050, soutenue par l’Agence de l’Eau Seine Normandie, est née de cette collaboration dont l’objectif est de proposer un outil efficace de représentation de paysages à partir du scénario Afterres2050 et en intégrant les problématiques liées au réchauffement climatique et à la ressource en eau.



 

Du scénario Afterres2050 à la construction d’un paysage

Le scénario Afterres2050 se présente aujourd’hui sous la forme de données scientifiques chiffrées issues d’expertises pointues : tableaux comparatifs, diagrammes, informations statistiques, etc… Bien entendu, c’est un outil important vis-à-vis-des politiques et de certains spécialistes des questions agricoles notamment. Mais le principal enjeu est de rendre accessible ce scénario agronomique à tous les publics : aux agriculteurs, aux décideurs politiques, aux citoyens-consommateurs. La présence de l’homme est sous-jacente dans ce scénario qui interroge la campagne dans laquelle nous aimerions vivre, travailler, nous déplacer, et les moyens de se nourrir à l’avenir. Il parait évident que ce sont les habitants de 2050 qui vont jouir de cette campagne et la mettre en œuvre, c’est pourquoi il faut leur redonner une place prépondérante.

 « ...son mode d’élaboration participatif séquencé par des présentations publiques a pour objectif de permettre la confrontation de points de vue, de s’écouter et s’entendre, d’imaginer ensemble un futur qui puisse être «désirable» pour tous.»
extrait du scénario Afterres2050.


Afin de rendre la démarche Afterres2050 «désirable» pour tous, il est primordial de trouver la bonne manière de la communiquer. Pour répondre à cet enjeu, INITIAL propose de traduire les évolutions prévues par le scénario en termes de paysages, par une représentation graphique de ces potentielles transformations sur le territoire. Sous forme d’images, ce travail rend lisible les paysages d’Afterres2050, pour témoigner que la force de l’agriculture dans le développement de nos territoires dépend principalement de notre alimentation. Il s’agit d’apporter au scénario une dimension sensible propre au travail du paysagiste, de l’ordre de la perception et du vécu, qui a le potentiel de promouvoir les modes de vie que propose Afterres2050 en lien avec les valeurs de l’Agence de l’Eau.
Ainsi, cette recherche de prospective paysagère se situe à la fois dans l’invention d’une méthode pour traduire des principes agronomiques en formes paysagères et dans l’invention d’une façon de représenter les paysages agricoles en 2050.
 

 


Cerner les territoires d’études

La Campagne des paysages d’Afterres2050 se décline dans trois territoires définis par le croisement du périmètre du bassin versant Seine Normandie et des premières régionalisations du scénario (la région Centre, la région Picardie et la région Île-de-France). Afin de permettre une appropriation de tout un chacun, il nous semble important de recadrer cette contextualisation non pas à l’échelle de la région dans son entièreté, mais à l’échelle d’entités paysagères et géomorphologiques précises. Pour chacune des régions, nous avons donc choisi un territoire modelé par un système agricole et dont son évolution vers des pratiques de production durables et soucieuses de l’environnement à l’horizon 2050, changera la donne en termes de paysages agricoles.

 

La vallée de la Thiérache

Située au nord du département de l’Aisne, la Thiérache est un pays de bocage propice à l’élevage laitier. La richesse de son herbage a donné naissance au fameux Maroilles. L’identité de la Thiérache est étroitement liée aux prairies pâturées maillées de haies, particulièrement constituées de charmilles qui forment des alignements complexes, et de massifs forestiers, qui lui vaut l’appellation de « pays vert ». Ce caractère est accentué par des facteurs naturels typiques de ce territoire, que sont les précipitations abondantes (900mm par an) ainsi que les formations géologiques (limons argileux) aux substrats capables de conserver l’humidité. Le paysage vallonné, est aussi irrigué par de nombreuses rivières et affluents (l’Oise, le Thon, le Gland,…) qui garantissent un approvisionnement en eau constant. Les dynamiques d’arrachage des haies et de retournement des prairies permanentes se sont accélérés ces dernières années. L’élevage y est présent mais a diminué fortement. Les grandes cultures de maïs s’intensifient sur le territoire et le développement de l’agriculture biologique y est difficile du fait de l’intensité des productions en place.

Dans le scénario Afterres2050, l’allongement des rotations et l’équilibre cultures/animaux sont des enjeux majeurs, tout comme le maintien des prairies permanentes ainsi que des éléments fixes du paysage. La réduction de l’utilisation des intrants au travers d’itinéraires techniques à bas niveaux d’intrants est un véritable défi : 100 % de la région est classée en zone vulnérable et 85 % des masses d’eau n’ont pas atteint le bon état d’équilibre en 2015.

Ainsi, dans l’image du paysage de la vallée de la Thiérache en 2050, le bocage est prédominant et représenté sous toutes ses formes (haies, arbres isolés, doubles haies, arbres têtards,..). Il est renforcé, réimplanté et restitué au plus dense. De nouveaux usages et des fonctions importantes du bocage sont mis en avant : bois-énergie, habitat pour la biodiversité… Les prairies pâturées mettent en évidence les liens entre l’animal et le paysage modelé par ce type d’agriculture : vaches laitières, positionnement des étables, prairies toujours vertes, utilisation du fumier, production de lait et produits laitiers, séchage solaire du foin, ect … Le caractère géographique de la vallée nous permet d’identifier aisément la place de l’eau dans le paysage pour la valoriser à travers ce scénario agronomique.

corps de fermes situés en creux de vallon

Le plateau de la Beauce

Le territoire beauceron est une région française à vocation agricole très fertile qui couvre près de 600 000 ha répartis sur cinq départements. Elle est essentiellement une vaste étendue de cultures céréalières. Elle est surnommée «le grenier de la France», pour cette grande dominante de production de grains (blé, orge, colza). Un large horizon dégagé est ponctué d’éléments fixes, comme les bosquets, les châteaux d’eau, les fermes isolées entre les parcelles, les silos à grains, les éoliennes qui profitent du vent. Les arbres s’y font rares. La modification des systèmes de cultures, soumise par Afterres2050 (passage d’un système intensif avec rotation courte à un système biologique à bas niveaux d’intrants avec rotation longue) va nécessiter des modifications importantes : introduction de légumineuses fourragères ou à graines, mise en place de couverts végétaux, ...

Le climat en Beauce est caractérisé par une pluviométrie constante. La nature perméable du sol ne retient pas l’eau en surface. Le sous-sol calcaire, en revanche, est aquifère et a permis la formation de la nappe phréatique de Beauce, une des réserves d’eau potable la plus étendue en Europe. Ici, l’enjeu de l’irrigation pour une gestion durable des ressources en eau est très important (actuellement ce sont 200 à 300 millions de m3 d’eau qui sont prélevés par an), de même que les enjeux environnementaux (la nappe de Beauce est, à certains endroits, de qualité médiocre, polluée par les nitrates issus de l’agriculture).

Ainsi, dans l’image du paysage du plateau de la Beauce en 2050, la dimension des parcelles agricoles est modifiée sous l’impulsion d’une agriculture moins intensive, de nouvelles trames apparaissent en fonction des cultures et de la mise en place de rotations longues (sur 8 ans) afin de réduire l’usage des pesticides. Des infrastructures agroécologiques (jachères, bandes enherbées, agroforesterie intra-parcellaire) favorisent la biodiversité tout en respectant l’identité de ce paysage à l’horizon à perte de vue.

 

horizon de terres nues à perte de vue

La métropole parisienne

Le territoire francilien, malgré quelques niches de production de denrées de qualité (légumes, fruits, fromage de Brie), est aussi largement tourné vers la grande culture intensive (94% du territoire agricole). On y retrouve les mêmes problématiques qu’en région Centre avec une accentuation des enjeux fonciers et une immense demande en produits diversifiés pour alimenter l’agglomération parisienne. Un recoupage entre besoins et offres est nécessaire et constitue un vrai challenge pour cette agriculture hyper spécialisée. Il nous semble important de travailler à l’échelle de la métropole parisienne pour saisir les interconnexions sur ce territoire complexe indissociable : une unique entité paysagère n’est pas identifiable, il s’agit plutôt d’une stratégie territoriale à générer en faveur de l’agriculture et de ses paysages.

Dans le scénario Afterres2050, la proposition d’un redéploiement d’une production légumière ainsi que le développement de l’agriculture biologique et des circuits courts vient répondre à une très forte attente des consommateurs. La protection des bassins versants alimentant Paris offre déjà des alternatives techniques en terme de systèmes de production. Le maintien d’un paysage de qualité et une multifonctionnalité des forêts sont aussi une priorité face à la densité de population et à ses besoins.

Ainsi, dans l’image du paysage de la métropole parisienne en 2050, il est important de valoriser les petits espaces disponibles en les transformant en systèmes agricoles diversifiés, à forte productivité et pour une meilleure valeur ajoutée des produits (approvisionnement des chefs étoilés parisiens). Le maraîchage bio et les cultures vivrières sont majoritairement représentés. En périphérie éloignée de Paris, les grandes cultures existantes se diversifient avec l’introduction de cultures maraîchères de plein-champs. Le paysage agricole métropolitain se présente alors comme un archipel de micro-territoires variés et composés de systèmes ouverts et complémentaires qui génèrent de la nourriture pour les habitants de la capitale.
Les méthodes d’approvisionnement pour la métropole sont représentées pour valoriser des filières courtes et de proximité en rapprochant le producteur du consommateur et pour renforcer les liens entre les différents acteurs de la ville durable. Enfin, dans ce grand territoire de production subissant une pression foncière très importante, c’est à la lisière urbaine que se situe l’enjeu paysager de l’agriculture. Les usages se rencontrent sur cette campagne hybride : l’espace public se mêle à l’espace de production pour reconnecter le citadin à «la nature». Ce territoire nécessite de penser le paysage à deux échelles distinctes : celle de la métropole toute entière (échelle de la stratégie) et celle de l’homme (et de son mode de vie plus adapté aux problématiques liées au changement climatique). Qu’est-ce que le Grand Paris alimentaire et agricole, et que génère-t-il comme paysages ?

horizon urbain

Ces trois territoires aux problématiques agricoles variées permettent d’interroger l’avenir des paysages à partir du scénario Afterres2050 et d’imager trois contextes agronomiques contrastés, avec comme porte d’entrée l’eau liée aux enjeux du changement climatique.

D’une vision à une version

a. Se projeter à l’horizon 2050

Le travail d’INITIAL a pour but de produire une vision des paysages sur chacun des trois territoires choisis, sous forme d’images qui communiquent de manière concrète et incarnée les valeurs du scénario Afterres2050 mais aussi les principes agronomiques qui y sont associés. L’objectif est de s’appuyer sur la spécificité des lieux, et de s’en inspirer pour offrir une interprétation possible et séduisante de ce paysage à l’horizon 2050, sans pour autant développer un projet d’aménagement du territoire qui ne trouverait aucune cohérence à cette échelle de temps. L’ancrage des illustrations dans la réalité se fait par l’imaginaire de celui qui regarde l’image et la transpose dans les lieux qui lui semblent les plus reconnaissables.
La principale motivation à représenter ces visions à l’horizon 2050 est de créer des images positives qui motivent les citoyens au changement de leur mode de vie pour défendre une beauté signifiante. Dans ce cadre, la qualité paysagère devient une finalité recherchée qu’il parait important de valoriser.
La démarche d’INITIAL, d’abord expérimentée sur trois territoires où Solagro adapte son scénario, peut devenir un outil de visualisation des paysages agricoles de demain, applicable à différents sites, en convoquant d’autres champs disciplinaires comme l’architecture, l’urbanisme, la géologie, etc… La collaboration pourrait être suivie avec d’autres corps de métier, pour enrichir et faire évoluer chacune des images produites.

b. Les posters, un outil pour accompagner les territoires dans leur démarche de transition

Le choix d’imprimer des posters grand format comme support permet de rassembler physiquement des gens autour de l’image, et de placer le paysage au cœur des préoccupations de demain. Les posters peuvent être considérés comme un medium pour engager le débat autour de la transition agroécologique avec des acteurs impliqués dans l’aménagement du territoire et dans les questions d’évolution de l’agriculture. Se projeter dans les paysages représentés en 2050 peut créer chez les spectateurs un déclic pour aller vers une transition souhaitable tout en ayant un regard critique sur les paysages d’aujourd’hui. De plus, cet outil basé sur la représentation visuelle des paysages, permet de préciser de façon opérationnelle les démarches avec les territoires volontaires en l’utilisant en phase d’observation et de diagnostic dans un premier temps, puis en tant que grille de lecture et d’analyse des projets portés par les collectivités.

c. Vers des versions du scénario Afterres2050

Cette animation, dont les posters sont les supports, peut accompagner l’application territoriale du scénario Afterres2050. On imagine alors, dans une multitude de régions, différentes versions du scénario : véritables réalisations concrètes des pratiques agricoles d’Afterres2050 et par-là même de ses paysages.

 

blasons paysages afterres2050

© 2015 by INITIAL paysagistes, Paris.

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Facebook Clean
Poster du plateau de la Beauce en 2050